Annoncer la maladie à votre famille et vos amis

Annoncer la maladie à votre famille et vos amis

Il est souvent difficile pour les patients d’annoncer la maladie à leurs proches, ne sachant pas quels renseignements révéler. Aussi, certains ne veulent pas que la nouvelle soit accueillie comme un fardeau par leur famille et leurs amis. Il est toutefois important que vos proches soient disponibles pour vous soutenir pendant cette période.

Vous ne devriez pas affronter seul la maladie. Faire part de ces renseignements à vos proches vous permettra d’alléger le poids émotionnel de la situation et de passer par-dessus le choc initial pour déterminer le traitement nécessaire. Soyez honnête quant aux renseignements qui vous ont été fournis et n’ayez pas peur d’exprimer vos sentiments. Votre famille et vos amis voudront être là pour vous offrir leur soutien et préféreront connaître le diagnostic plus tôtque tard.

Il peut être difficile d’informer vos proches et vos amis de votre diagnostic. Vous vous demandez peut‑être ce que vous devez leur dire ou non ou vous avez l’impression de leur imposer un fardeau en leur apprenant la nouvelle. Il est important de s’entourer de gens qui comptent parmi vos plus proches pour vous accompagner et vous soutenir durant cette période. Partager de l’information avec eux allégera le poids émotionnel qui pèse sur vous et vous aidera à surmonter le choc initial du diagnostic et à mieux réfléchir au traitement.

Votre famille et vos amis voudront être là pour vous et vous offrir leur soutien. Vous pouvez même leur demander de vous aider à annoncer la nouvelle à d’autres. Par exemple, vous pourriez envoyer un courriel qui pourra être retransmis plutôt que de répéter constamment la même information. Voici d’autres suggestions :
 

  • Remettez ce guide destiné aux adultes atteints de tumeurs cérébrales à vos proches pour leur permettre d’en apprendre  davantage sur votre diagnostic, vos sentiments et les prochaines étapes possibles.
     
  • Prenez des mesures pour avoir une conversation privée, sans distraction. Éteignez la télévision et les cellulaires, fermez la porte et tentez de limiter les interruptions.
     
  • Entamez la conversation en disant quelque chose comme : « Je crois que ce serait une bonne idée de te dire ce qui se passe. Es‑tu d’accord? » ou « Je dois te parler d’un sujet sérieux. »
     
  • Donnez l’information lentement, quelques phrases à la fois. Assurez‑vous régulièrement que la personne comprend. Vous pouvez lui demander : « Est‑ce que tu comprends? »
     
  • Dites‑lui que, même si vous avez l’intention d’être positif, il y aura inévitablement des moments où vous vous sentirez dépriméet frustré. Demandez à vos proches de vous soutenir et de vous comprendre dans ces moments particuliers.
     
  • Encouragez‑les à partager leurs sentiments avec vous. Vous ne serez pas le seul à vous sentir déprimé – ils le seront aussi, etil n’est pas rare que cela arrive. Vos proches ne devraient pas tenter de vous cacher leurs sentiments, mais plutôt de vous.
  • les expliquer. Ainsi, vous pourrez communiquer franchement et ouvertement ensemble.



Informer vos enfants

Il peut être difficile d’informer vos enfants de votre diagnostic, mais il est important que vous soyez franc avec eux. Les enfants et les adolescents sont très perspicaces et sentent souvent que quelque chose est différent ou a changé. Il faut tenir compte de l’âge et de la maturité de l’enfant pour déterminer la quantité d’information et les détails à partager. Discuter du diagnostic avec vos enfants leur permet aussi de poser des questions sur les tumeurs cérébrales et d’exprimer leurs sentiments au sujet de la situation.

*Pour de plus amples renseignements ou d’autres ressources sur la façon de parler de votre diagnostic à vos enfants, veuillez consulter le site www.TumeursCerebrales.ca/PourParents

 

  • Informez vos enfants dès que possible au sujet de votre diagnostic. Les enfants peuvent sentir que quelque chose ne vapas et il est préférable qu’ils apprennent la nouvelle de vous, plutôt que d’une autre façon.
     
  • Prenez votre temps et allez‑y par étapes. Lorsque vous ne connaissez pas la réponse à une question, admettez‑le.
     
  • Choisissez un bon moment pour discuter, lorsque vous vous sentez calme.
     
  • Déterminez ce que votre enfant est capable de comprendre. Les très jeunes enfants ne comprennent que ce qui se passe aumoment présent. Soyez prêt à répéter l’information, peut‑être même de nombreuses fois. Vérifiez régulièrement que votre enfant comprend ce que vous lui dites. Sachez interpréter leurs questions et les signaux qu’ils transmettent par contact visuel ou par langage corporel.
     
  • Demandez à un autre adulte d’être présent. Ainsi, vos enfants sauront qu’ils pourront parler à d’autres adultes et comptersur eux. Dans une famille biparentale, les deux parents devraient discuter ensemble avec les enfants. Dans une famillemonoparentale, le parent peut demander à un proche ou à un ami d’être présent. Un médecin, un infirmier ou un travailleur social peut aussi apporter son aide dans les discussions difficiles.
     
  • Utilisez des mots que vos enfants comprendront comme : « J’ai une maladie appelée ______. »
     
  • Soyez franc avec vos enfants. N’ayez pas peur de partager vos sentiments avec eux. Votre franchise pourra peut‑être les aider àexprimer leurs sentiments aussi.
     
  • Dites à vos enfants que vous les tiendrez informés au sujet de la situation et de tout changement. Encouragez‑les à poser desquestions et à parler de leurs sentiments.
     
  • Sachez que les adolescents peuvent avoir plus de difficulté à faire face à la maladie que les jeunes enfants, parce qu’ils peuvent ressentir le besoin de rester à la maison alors qu’ils devraient chercher à devenir autonomes.

 

< Retour aux outils de soutien

 

partager ceci ...

Merci aux donateurs dont les contributions rendre ce site et tous les programmes, les services et la recherche possible.

droit d'auteur © 2018 la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales. Tous droits réservés.
Fondation canadienne des tumeurs cérébrales.
Numéro d’enregistrement d’un organisme de bienfaisance : 118816339RR0001