Le cancer comme catalyseur – L’histoire de Jedro

  le 20 janvier, 2020

Reconnaissant pour une tumeur au cerveau?

Ce n’est pas quelque chose que vous entendez habituellement, mais pour Jedro Magtoto, survivant d’une tumeur cérébrale, la perspective de perdre sa vie l’a aidé à recommencer à vivre.

Pendant des années, Jedro a travaillé dans un poste de vente au sein d’une entreprise, réussissant son travail, mais se sentant incroyablement insatisfait. Son instinct lui disait que ce n’était pas sa vocation, mais la sécurité et la stabilité de son poste le maintenaient dans cette position.

Brain tumour survivor Jedro Magtoto
Jedro a décidé de transformer sa passion en carrière.

«Me rendre tous les jours au bureau et passer la journée dans un cubicule avec des lampes fluorescentes me rendait tout simplement misérable», dit-il. «Ce n’était pas moi.»

Il lui aura fallu une quasi-tragédie pour faire bouger les choses.

Comme de nombreux survivants de tumeur au cerveau, Jedro n’a présenté aucun symptôme jusqu’au jour où il a eu une crise épileptique majeure. À son grand malheur, sa crise s’est produite lors qu’il était au volant de sa voiture.

Cela a commencé par des petits tremblements dans la joue, rien de grave. Cependant, les tremblements ne s’arrêtaient pas. Ils augmentaient plutôt en vitesse et en intensité.

Peu de temps après, Jedro s’est évanoui et sa voiture a quitté la route. Il a été réveillé par les ambulanciers, avec le plus gros mal de tête qu’il n’ait jamais eu. Heureusement, ni lui ni aucun piéton n’ont subi de blessures.

Les ambulanciers et le personnel des urgences ont recommandé qu’il passe un IRM. On découvrit alors que la cause de la crise épileptique de Jedro était un oligodendrogliome de stade 3. Dix jours plus tard, Jedro subissait une chirurgie. Il commença ses traitements quelque temps après.

Cette tumeur, dit-il, a été une bénédiction et un catalyseur important dans ma vie.

«J’ai pris cela comme un signe», dit-il. «Je devais commencer à vivre ma vie comme je le voulais. On m’a donné cette chance. »

Ceci devint encore plus clair pour Jedro alors qu’il était dans le bureau du médecin pour la signature de ses formulaires d’assurance. Il a alors vu son pronostic – un taux de survie à cinq ans de 34%.

«J’ai eu peur», déclare-t-il. «Mais cela fait déjà quatre ans et mon dernier scan était beau. J’aime dire que j’ai vaincu cette tumeur. »

Jedro en est maintenant aux scans annuels.

« Subir ses traitements de radiation au centre de cancérologie était un peu déprimant, » dit Jedro. « Cela est compréhensible puisque les patients se sentent déprimés à cause du traitement et de ses effets, » constate Jedro. Mais il avoue avoir dû lutter très dur pour garder un état d’esprit positif.

«Mon énergie était vraiment différente de celle de certains de mes pairs», dit-il. « Même si je ressentais de la tristesse pour eux, je devais me protéger de cette énergie négative. »

Cela l’a inspiré à aider les gens durant leurs traitements contre une tumeur cérébrale. « Oui, il y a beaucoup de points négatifs entourant les tumeurs cérébrales, » dit-il, « mais cela n’a pas à éclipser tout ce qui est positif dans la vie. »

Avant son diagnostic et sa chirurgie, Jedro s’évadait grâce à deux de ses passions : la culture et la nourriture.

Sa chaîne YouTube, The Filipino Cdn, n’est pas une chaîne à regarder à jeun! Jedro visite divers restaurants philippins autour de Vancouver qui offrent de délicieux plats. Il dit vouloir éventuellement créer sa propre émission de gastronomie de voyage, présentant des plats philippins de partout dans le monde. Chaque fois que vous voyagez, dit-il, les recettes sont imprégnées de diverses saveurs locales. Il n’existe pas de plats identiques.

Brain tumour survivor Jedro Magtoto
Jedro durant le tournage de l’un des nombreux segments de sa série de vidéos culinaires sur la cuisine philippine.

« Préparer de la bonne nourriture, » dit-il, « offre ses propres leçons de vie. »

« Vous devez vous contenter des ingrédients que vous avez, tout en essayant de leur donner bon goût! »

Après sa chirurgie, Jedro a quitté son poste d’employé en entreprise et a décidé de poursuivre sa passion : ouvrir une école de DJ à Burnaby qui offre des studios, des cours et des ateliers pour les DJ de la communauté. Il propose ainsi un lieu de rassemblement pour les personnes créatives comme lui. Et tout ceci a été possible car il a pris un gros risque…

Si vous avez un projet, s’il y a quelque chose que vous voulez faire, faites-le maintenant!, dit-il. Prenez le risque maintenant – n’attendez pas. Faites-le tout simplement.

« Essayer et échouer », dit-il, « ce n’est rien comparé à une chirurgie au cerveau. »

«Si je ne l’avais pas fait, je serais probablement encore misérable aujourd’hui», dit-il.

Jedro voudrait écrire un livre sur son expérience avec le cancer et utiliser ses comptes de médias sociaux pour partager des articles de motivation et des leçons apprises lors de son propre parcours avec une tumeur cérébrale. « La plus grande leçon que j’ai apprise – celle qui englobe toutes les autres, » dit-il, « c’est d’arrêter de rêver et de commencer à agir. »

«Agissez maintenant, » dit-il. « N’attendez pas et écoutez-vous. Aimez-vous. »