Faire face à l’anxiété et à l’incertitude pendant la COVID-19

  le 30 mars, 2022

Nous traversons présentement un moment historique et marquant. Malheureusement, ces « temps sans précédent » s’accompagnent également de répercussions désagréables. Dans notre sondage COVID 2020, les survivants de tumeurs cérébrales et les proches aidants de notre communauté ont signalé des sentiments de stress, d’isolement, de solitude, d’anxiété et de déconnexion. J’ai moi-même également personnellement ressenti ces sentiments.

Il est très difficile de faire face à un diagnostic de tumeur cérébrale, surtout en période de pandémie mondiale. L’aide professionnelle n’est pas toujours disponible ou accessible lorsqu’elle est nécessaire, ce qui ajoute à ces sentiments déjà pénibles d’anxiété et d’incertitude. Vous avez peut-être remarqué que des émotions telles que la tristesse, la frustration, la colère et la solitude ont commencé à avoir un effet négatif sur votre vie, et sur VOUS ! N’oubliez pas que vous n’êtes pas vos émotions, mais que vous les vivez. Ne portez pas de jugement sur elles, mais soyez plutôt curieux.se à leur sujet.

Lorsque je me sens confuse, j’ai tendance à suivre certaines des idées et astuces ci-dessous. Je vous invite à les essayer pour vous aider à mieux gérer les émotions exacerbées dans les moments difficiles.

Pour votre information : les conseils ci-dessous ne sont pas des solutions miracles et il vous faudra un peu de pratique (comme pour tout autre chose !) afin d’en tirer profit. Vous pouvez tous les essayer, puis choisir celui qui vous convient le mieux pour débuter.

s’arrêter.

Lorsque vous avez l’impression que tout s’écroule autour de vous, faites une pause. Soyez conscient de votre environnement et identifiez ce dont vous avez besoin en ce moment. Essayez de vous concentrer sur vos besoins immédiats, par exemple en vous déplaçant dans un autre espace, en respirant profondément ou en identifiant simplement votre ou vos sentiments. Si vous n’êtes pas en mesure d’identifier ce que vous ressentez en ce moment, le conseil suivant peut vous être utile.

observer.

Observez vos pensées, mais ne les jugez pas ; si elles ne sont pas utiles à votre bien-être, laissez-les passer. Combiner des émotions difficiles avec des pensées moralisatrices ne fait qu’aggraver la situation! Réfléchissez à ce que vos pensées vous font ressentir. Parlez-vous comme vous parleriez à un ami. Faites preuve de bienveillance envers vous-même.

ressentir.

Ressentez vos émotions ! Cela peut être inconfortable, mais nous devons ressentir nos émotions afin de les maîtriser. Nos émotions peuvent même sembler se contredire. Cela peut être inconfortable, mais nous devons nous laisser vivre nos émotions afin de pouvoir les traiter. Mettre des mots sur vos pensées et vos émotions peut être un point de départ. Dites-le à voix haute si cela vous convient. Certaines personnes trouvent le journal intime utile, d’autres préfèrent téléphoner ou envoyer un message à un ami.

connecter.

Établissez des liens avec vos amis, votre famille, vos animaux domestiques, la nature ; le choix vous appartient ! Parlez-en, ou profitez du silence, mais faites de votre mieux pour prendre quelques instants et établir une connexion. Vous pouvez même vous connecter avec vous-même ! Parfois, il peut être difficile de se sentir « connecté », surtout lorsque certaines émotions vous « bloquent » ou vous empêchent de ressentir d’autres émotions. L’une de mes façons préférées de me connecter à mon corps et de renouer avec mes émotions est le mouvement.

bouger.

Le dépaysement peut permettre de voir les choses sous un autre angle. Sortez, allez faire un tour en voiture ou bougez votre corps d’une manière qui vous fait du bien! Les jours particulièrement difficiles, cela peut être ardu, surtout si vous avez peu ou pas d’énergie. Personnellement, je garde un tapis de yoga déroulé dans mon salon pour me rappeler de faire des mouvements doux ou des étirements lorsque je vis des émotions difficiles. Il est essentiel de trouver le type de « mouvement » qui vous convient, à vous et à votre corps.

Voici un conseil ! Revenir à l’essentiel:

Quand tout le reste semble échouer, simplifiez ! Faites de votre mieux pour planifier votre journée en fonction de vos besoins fondamentaux. En vous concentrant sur votre alimentation, vos mouvements, votre repos et votre hygiène personnelle, vous pourrez mieux faire face aux pensées et aux émotions difficiles.

En plus des conseils donnés ci-dessus et de l’infographie « Notes à soi-même », j’ai découvert un truc incroyablement utile pour ma santé mentale et mon bien-être quotidien : créer des moments « prévisibles » auxquels je peux m’attendre, que j’attends avec impatience. Pour moi, il s’agit de m’arrêter dans mon café préféré pour prendre une boisson chaude le mercredi après-midi, ou de m’asseoir sur ma terrasse en soirée (peu importe la température!). Même le simple fait de savoir que je serai bientôt en compagnie de personnes familières me réconforte.

Quels « moments prévisibles » pouvez-vous créer pour vous-même ? Dans ces vies imprévisibles que nous vivons, créer des expériences pour nous-mêmes, aussi petites ou simples soient-elles, nous rappelle que nous sommes importants. Que la joie est possible, même dans le désespoir.

L’imprévisible est le sel de la vie, sa saveur et son piquant. Le prévisible est ce qui la rend douce.