Faits sur les tumeurs cérébrales

Saviez-vous que chaque jour, 27 Canadiens reçoivent un diagnostic de tumeur au cerveau? En savoir plus sur les tumeurs cérébrales.
  • On estime que 55 000 Canadiens vivent avec une tumeur cérébrale.
  •  Il existe plus de 120 différents types de tumeur cérébrale, ce qui rend la mise en place d’un traitement efficace compliquée.
  • On estime 23,5 nouveaux cas de tumeurs primitives au cerveau pour 100 000 habitants par an (selon des données provenant de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Manitoba et de l’Ontario).
  • Durant la première année suivant le diagnostic, selon les estimations, le patient moyen visitera son équipe de soins de santé 52 fois (ce chiffre peut englober la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, les analyses sanguines, etc.)
  • Une tumeur cérébrale est une croissance de cellules anormales situées à l’intérieur ou autour de la structure du cerveau.
  • Les tumeurs non malignes représentent près des deux tiers de toutes les tumeurs primitives du cerveau.
  • Le glioblastome multiforme est le type de tumeur cérébrale maligne primitive le plus répandu. La survie moyenne, même avec un traitement énergique, est de moins d’un an.
  • Les tumeurs cérébrales métastatiques surviennent à un certain moment chez 20 % à 40 % des patients atteints du cancer. L’incidence des tumeurs cérébrales métastatiques augmente à mesure que la vie des patients atteints du cancer se prolonge
  • Les tumeurs cérébrales constituent la cause première des décès attribuables au cancer solide chez les enfants âgés de moins de 20 ans, surpassant ainsi maintenant la leucémie lymphoblastique aiguë. Ils constituent la troisième cause la plus fréquente des décès attribuables au cancer solide chez les jeunes adultes âgés de 20 à 39 ans.
  • Comme les tumeurs cérébrales se situent au centre de commande de la pensée, de l’émotion et du mouvement, elles peuvent avoir d’énormes incidences sur les capacités physiques et cognitives et la qualité de vie d’une personne.
  • Les tumeurs cérébrales chez les enfants diffèrent de celles chez les adultes, et font souvent l’objet de traitements différents. Même si autant que 60 % des enfants atteints d’une tumeur cérébrale survivent, ils doivent souvent composer avec des effets secondaires à long terme.
  • Rehausser la qualité de vie des gens atteints d’une tumeur cérébrale requiert l’accès à des soins spécialisés de qualité, à des essais cliniques, à un suivi et à des services de réadaptation.
  • En mai 2019, le Registre canadien des tumeurs cérébrales a été lancé. Les données précises contenues dans ce rapport aideront les chercheurs à comprendre la maladie et à améliorer le traitement des personnes touchées.
Faits sur les tumeurs cérébrales

Partagez avec votre communauté

Téléchargez ce document (PDF)