Raymond Reilly – Subvention de recherche – 2019

Raymond Reilly, Université de Toronto

Titre du projet : Nanomédecine du rayonnement pour le traitement peropératoire du glioblastome multiforme (GBM)

Résumé du projet:

Raymond Reilly - 2019 Research Grant Recipient

Dans ce projet, nous étudierons pour la première fois un nouveau nanomédicament de radiation pour le traitement local du glioblastome multiforme (GBM) qui pourrait être administré lors de la chirurgie afin de prévenir la récurrence de la tumeur. Ce nanomédicament est composé de nanoparticules d’or (AuNPs) marquées avec un radio-isotope, le lutécium 177 (177Lu), qui émet un rayonnement à courte distance. Le nanomédicament à rayonnement devrait éradiquer les petits dépôts tumoraux que le chirurgien n’est pas en mesure d’enlever, mais la courte portée du rayonnement devrait également minimiser la toxicité normale du cerveau. Bien que le chirurgien cherche à retirer la totalité de la tumeur cérébrale, les cellules cancéreuses qui subsistent sont à l’origine de la récurrence du GBM et du décès dû au GBM. Nous espérons que cette nanomédecine de radiation présentera la récurrence de la tumeur. Cette approche du traitement local des tumeurs cérébrales n’a jamais été étudiée auparavant. Nous testerons l’idée chez des souris auxquelles on a implanté des GBM humains dans le cerveau et qui sont traitées par l’administration locale du nanomédicament de radiation.

L’efficacité et la toxicité des tissus normaux (y compris le cerveau normal) seront évaluées. Notre équipe comprend des neurochirurgiens, dont le Dr James Rutka, qui traite les GBM. Ainsi, si nous réussissons, nous prévoyons de faire passer ce nanomédicament de radiation à un essai clinique de phase 1 chez des patients atteints de GBM.

Ce que recevoir ce prix signifie pour Raymond :

« Mon équipe de recherche est très heureuse de recevoir le soutien de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales. Ce soutien permettra à mon équipe de tester une nouvelle idée pour prévenir la récidive chez les patients atteints de glioblastome multiforme (GBM), qui est l’une des formes les plus difficiles à traiter et malheureusement l’une des plus courantes de cancer du cerveau. Malgré la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, la récidive reste un défi majeur dans le traitement du GBM, contribuant au mauvais résultat des patients. Nous prévoyons d’étudier une nouvelle forme locale de rayonnement appelée nanomédecine de rayonnement qui pourrait être administrée localement au moment de la chirurgie pour éradiquer toute tumeur restante et réduire le risque de récidive. Nous ne pourrions pas étudier ce nouveau nanomédicament de radiation sans le soutien de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales. »

MISE À JOUR : octobre 2020

Ce projet de recherche vise à mettre au point un nouveau traitement par rayonnement pour le glioblastome multiforme (GBM), appelé nanomédicament de rayonnement, qui pourrait être perfusé dans le cerveau lors d’une intervention chirurgicale afin d’éradiquer toute tumeur que le chirurgien ne parvient pas à enlever.

L’objectif à long terme est de réduire le risque de récidive du GBM et d’améliorer ainsi les résultats à long terme des patients atteints de cette forme de tumeur cérébrale au pronostic très sombre. Au cours de la première année du projet, nous avons synthétisé le nanomédicament de rayonnement et étudié sa rétention dans les tumeurs GBM humaines implantées dans le cerveau de souris.
cerveau chez la souris. Le nanomédicament radiologique a été fortement retenu dans la tumeur cérébrale et ne s’est pas redistribué dans le cerveau normal ou dans les organes normaux en dehors du cerveau.

Il s’agit d’un résultat très prometteur, car cela signifie que le nanomédicament irradiant déposera des radiations uniquement dans la tumeur et non dans le cerveau normal ou d’autres organes normaux, ce qui devrait maximiser son efficacité.
Cela devrait maximiser son efficacité dans le traitement des GBM, tout en minimisant la toxicité pour le cerveau ou les organes normaux.

En effet, nous avons mené une étude l’année dernière pour évaluer la toxicité du nanomédicament pour les organes normaux.
Cette étude n’a révélé aucun signe de toxicité pour les organes normaux. Nous devons encore étudier si le nanomédicament de rayonnement a une quelconque toxicité pour le cerveau normal, mais cela n’est pas prévu en raison de la rétention locale dans la tumeur. Au cours de la deuxième année du projet, nous étudierons l’efficacité du nanomédicament de radiation pour traiter les tumeurs GBM humaines chez les souris et examinerons la toxicité sur le cerveau normal.

Le projet est en bonne voie. En outre, le soutien du BTFC nous a permis d’obtenir un financement supplémentaire important de la Société canadienne du cancer sous la forme d’une subvention à l’innovation (2020-2022) afin d’étendre l’idée à un autre radio-isotope, le mercure-197, qui émet un type de rayonnement différent (électrons Auger) et de combiner la nanomédecine de rayonnement avec l’immunothérapie pour le traitement du GBM.

Rapport scientifique à mi-parcours – Reilly – 29 septembre 2020

MISE À JOUR : août 2021

Le Dr Raymond Reilly et son équipe ont récemment obtenu des résultats prometteurs dans le cadre de sa subvention de recherche soutenue par BTFC. Ce projet vise le développement d’un traitement de nanomédecine radiologique pour le GBM. Le traitement consiste en des nanoparticules d’or liées à un radio-isotope, le lutécium-177, qui émet un rayonnement à courte portée. Le nanomédicament de radiation est infusé directement et précisément dans le cerveau près de la tumeur, où les radiations émises détruisent les cellules tumorales du cerveau. Le nanomédicament à rayonnement a été étudié pour la première fois récemment pour le traitement de tumeurs GBM implantées dans des souris à une dose qui s’est avérée sûre. Les résultats ont révélé que les tumeurs dans le cerveau des souris ont été traitées efficacement par le nanomédicament à rayonnement. D’autres études se poursuivent pour confirmer ces résultats précoces mais prometteurs.