Je suis une survivante, une guerrière!

  le 14 juillet, 2020

C’est la première fois que je parle publiquement de la situation la plus difficile que j’ai dû traverser.

Au Canada, 27 personnes par jour reçoivent un diagnostic de tumeur cérébrale, j’étais l’une de ces personnes…

Je n’avais presqu’aucun symptôme, à part peut-être le fait que je restais parfois immobile pendant quelques secondes, mais cela ne me préoccupait pas trop… Sauf que cela a commencé à se produire de plus en plus souvent et j’ai donc décidé d’en parler à mon époux. Il m’a conseillé de prendre un rendez-vous avec notre médecin de famille. Quelques jours plus tard, ma collègue de travail m’a vu durant une de mes crises. C’était la première fois que quelqu’un me voyait pendant une crise. Effrayée, elle m’a fortement recommandé d’aller voir un médecin, car l’expression sur mon visage lui rappelait l’expression qu’avait eu son père lorsqu’il a eu un accident vasculaire. Cela m’a effrayée aussi, alors dès le lendemain, j’ai appelé mon médecin de famille, qui m’a donné un rendez-vous le plus tôt possible. Pendant mon rendez-vous chez le médecin, j’ai vécu un épisode de crise, il m’a dit que je venais de faire une crise épileptique. Il m’a envoyé faire un scan immédiatement…

En quelques jours, ma vie a été bouleversée… C’était comme un cauchemar, je sentais comme si je tombais dans le vide … Je me posais un million de questions… Cette nuit-là, je suis rentrée à la maison, confuse, en larmes. La seule chose à laquelle je pensais c’était mes enfants. Ils dormaient déjà, je suis allée jeter un coup d’œil dans leur chambre… C’est à ce moment précis que je me suis dit: « Je vais m’en sortir parce qu’ils sont ma vie et ils ont besoin de leur maman. »

J’ai eu une chirurgie cérébrale, ma tumeur mesurait 6 cm. Mon neurochirurgien nous a dit que la chirurgie aller durer 4 heures et qu’il allait retirer environ 60% de la tumeur à cause de la position. Finalment, la chirurgie a duré 10 heures et il a put enlever 90% de la masse. Pour éliminer le 10% restant, j’ai dû faire des traitements de radiothérapie et de chimiothérapie. Malheureusement, j’ai dû arrêter la chimio, car le traitement s’attaquait à ma moëlle osseuse et mon système immunitaire était tombé à zéro. Pendant plusieurs mois, j’ai dû faire de nombreuses transfusions de plaquettes et de globules rouges.

Aujourd’hui, je suis une SURVIVANTE, une GUERRIÈRE et je dois continuer à me battre, non seulement pour mes enfants, mais aussi pour mon mari, pour ma famille et pour mes amis!

Ils ne m’ont jamais abandonné, je ne me suis jamais sentie seule, merci mille fois pour tout cet amour! Mon neurochirurgien, mes neurologues, les infirmiers, etc… MERCI!

Ma foi est puissante et mon Dieu est mon bouclier, il me prend par la main et à ses côtés je continuerai à me battre avec une grande force.

Nous avons marché ensemble lors de notre #MarcheTumeursCérébralesVirtuelle et grâce à mon équipe, les GUERREROS (GUERRIERS), nous avons pu faire un beau don à la fondation, pour aider à trouver un remède à la maladie. L’année prochaine, nous serons de retour, toujours avec la force des « Guerreros »!

La vie nous surprend parfois avec des situations que nous pensons ne pas pouvoir surmonter… Mais OUI, on peut!! ON PEUT !!!

Ne baissez jamais les bras et faites confiance à notre Dieu, parce qu’il ne nous abandonne jamais. Et réjouissons-nous pour chaque levé de soleil…

 

Linette Medina, survivante de tumeurs cérébrale