Une course dans le parc – L’histoire de Steve et Melodie

  le 17 juin, 2021

Lors de la première Marche des tumeurs cérébrales en 1993, le cofondateur de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales, Steve Northey, tenait dans ses bras sa petite-fille Cassidy, alors âgée d’un an, tout en s’adressant à la modeste foule réunie au Greenway Park de London, en Ontario.

Cette année, comme à chaque année, Steve et toute sa famille participeront à l’événement du 27 juin qui s’étend maintenant à tout le pays.

La première année, le « Spring Sprint » de London a été inauguré par la directrice générale de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales de l’époque, Sue Barnes. Sue avait contacté une entreprise locale, The Running Room, pour qu’elle organise une course au profit de la fondation.

Avant le premier Spring Sprint, la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales s’était associée à un tournoi local de basket-ball pour recueillir des fonds. Cependant, ces fonds n’étaient pas suffisants.

Puis un jour, une personne s’est présentée au bureau avec un chèque de 500 $ provenant d’une petite marche communautaire… Steve se souvient avoir pensé à l’époque : » C’est le genre d’événement qui pourrait vraiment se développer dans le futur ». » Je ne sais pas si nous avions vraiment prévu que cela se développerait aussi rapidement à travers le Canada « .

Ce concept a été adopté par les groupes de soutien à travers le Canada, ce qui a donné lieu à de plus en plus de ourses au printemps et, finalement, au programme de la Marche des tumeurs cérébrales que nous connaissons aujourd’hui.

 

Une grande famille

« C’était juste un événement vraiment amusant, comme un grand pique-nique auquel les survivants de tumeurs cérébrales, leurs familles et leurs amis pouvaient participer ensemble » raconte Steve.

Le Spring Sprint était l’occasion de rassembler tout le monde et de promouvoir la sensibilisation aux tumeurs cérébrales, tout en simplifiant le processus de collecte de fonds.

Le premier Spring Sprint de Londres a rapporté environ 15 000 dollars, et a été considéré comme un énorme succès. Et c’était le cas… à l’époque. Aujourd’hui, la ville récolte en moyenne plus de 200 000 $ chaque année, et l’organisation recueille des millions de dollars dans tout le pays.

« Cela nous a donné l’occasion de rendre la pareille aux personnes que nous servons, au lieu de nous contenter d’être au téléphone ou dans un groupe de soutien », explique Melodie. « Nous pouvions rencontrer des gens, et faire connaître la fondation auprès des participants et des médias. »

« Nous avons toujours pensé que c’était un bon moyen pour les familles de se réunir et de faire quelque chose ensemble », ajoute Steve. « Il suffit de demander à ses amis et à ses voisins une seule collecte de fonds importante pour l’année ».

Toujours en croissance

En 1982, lorsque Steve Northey s’est réuni autour de la table de la cuisine avec Pam et Rolando Del Maestro, ils n’auraient jamais pu imaginer que la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales deviendrait l’organisation nationale qu’elle est aujourd’hui.

La croissance constante du programme de la Marche des tumeurs cérébrales a permis de recueillir des millions de dollars pour la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales, d’élargir considérablement son réseau de soutien dans tout le pays et d’injecter les fonds essentiels dans la recherche.

Le programme GOcervo de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales offre aux enfants atteints de tumeurs cérébrales et à leurs familles des occasions amusantes de mettre de côté leurs soucis pour la journée et de profiter des activités et de la compagnie des autres.

C’est grâce à vous

Les Northey se disent extrêmement fiers du personnel et des bénévoles de l’organisation.

« La Marche a probablement été la plus grande avancée en matière de collecte de fonds pour l’organisation », déclare Steve. « Elle nous a donné l’occasion de recueillir des fonds pour atteindre nos objectifs, soit d’aider les 56 000 Canadiens qui, chaque année, reçoivent un diagnostic de tumeur cérébrale. Nous apprécions énormément le soutien de tous les participants à la marche. »

La première Marche des tumeurs cérébrales à London, Ontario.

« C’est tellement merveilleux de pouvoir aider toutes les personnes qui nous ont contactés pour obtenir de l’aide », dit Steve. « Ils savent que nous fournissons du matériel éducatif, des services de soutien et que nous finançons la recherche pour trouver un remède à la maladie. »

« Je pense que Kelly serait très fière de ce que nous avons accompli », ajoute Steve. « C’est l’héritage de Kelly ».

L’un des éléments essentiels de la Marche des tumeurs cérébrales, et certainement la partie la plus émouvante de l’événement, est la photo des survivants, lorsque ces dernieres se rassemblent avec leur t-shirt bleu pour célébrer leurs succès et rendre hommage à ceux qui sont décédés.

« Lorsque vous regardez dehors et que vous voyez tous les chandails bleus, vous réalisez qu’ils sont les héros de l’organisation », dit Steve. « Nous le faisons pour eux, mais ce sont eux qui mènent le combat ».

« Penser que nous avons pu jouer un petit rôle dans leur guérison est tout simplement merveilleux ».

L’année prochaine, l’organisation fêtera son 40e anniversaire. Les Northey sont d’accord pour dire que, même s’il est important de regarder en arrière et de réfléchir aux succès remportés, ce n’est pas tout.  Selon eux, le plus important est de rester concentré sur l’avenir, de marcher vers un objectif commun: mettre fin aux tumeurs cérébrales.