Chris Quinton – Équipe Ashley et Chris – Paradise, T.-N.-L.

  le 02 mai, 2022

Chris Quinton s’est toujours considéré comme une personne en bonne santé.

« J’ai toujours eu des maux de tête, mais je les considérais comme normaux. On ne s’attend pas à aller chez son médecin pour apprendre qu’on a une tumeur cérébrale », explique-t-il.

Un jour fatidique d’août 2015, Chris a fait une crise et a reçu le diagnostic inattendu : un oligodendrogliome de grade 2, qui est un type de tumeur souvent accompagné de changements comportementaux et cognitifs. Les manifestations physiologiques peuvent inclure des maux de tête, des crises, de la faiblesse et même de la paralysie.

Un mois plus tard, Chris a subi une craniotomie afin que soit retirée l’excroissance. Au cours des mois de convalescence qui ont suivi, il a dû faire face à des troubles de la parole et de l’écriture, à des maux de tête, à une prise de poids et à une nouvelle dépendance vis-à-vis des autres.

En mars 2016, il s’était suffisamment rétabli pour reprendre le travail, et il a commencé à faire du bénévolat auprès de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales.

C’est alors qu’il a décidé de participer à la Marche des tumeurs cérébrales de 2016, et depuis, il a collecté plus de 18 000 dollars de fonds. Cette somme a été consacrée au financement de la recherche et au développement de traitements pour les Canadiens aux prises avec cette maladie.

En 2017, la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales a célébré son 35e anniversaire.

Chris et son équipe de supporteurs avaient prévu marcher lors de la 4e Marche des tumeurs cérébrales annuelle de Terre-Neuve-et-Labrador en septembre, organisée à Paradise, à Terre-Neuve.

L’objectif de collecte de fonds pour cette marche était de 15 000 dollars, sachant que les patients et les familles sont au cœur de la Fondation. Leur but est d’offrir du soutien, de sensibiliser, de favoriser la persévérance et de donner de l’espoir aux personnes de la communauté qui ont été touchées par une tumeur cérébrale.

Après près de quatre ans dans un état stable, Chris a connu une nouvelle crise d’épilepsie en 2019. La tumeur étant revenue, il a dû subir une autre craniotomie en septembre 2019, suivie de 30 séances de radiothérapie et de 12 mois de chimiothérapie.

« Cela constituait en soi un défi, mais pendant la pandémie de COVID, la complexité et les difficultés se sont accrues », explique-t-il.

En 2021, Chris a pu reprendre le travail. Cette année, il espère participer virtuellement depuis son domicile de Portugal Cove-St. Phillips, à Terre-Neuve. Il prévoit d’organiser une marche du 17 au 19 juin 2022, en compagnie de ses amis et de sa famille.

« La Marche des tumeurs cérébrales est l’occasion pour les survivants et les aidants de faire de l’exercice ensemble et de partager leurs expériences, de collaborer et de tisser des liens entre eux », explique Chris.

Organisé par la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales et des bénévoles locaux, l’événement permet également de célébrer les survivants et d’honorer la mémoire de ceux qui ont succombé à cette maladie dévastatrice.

« Nous pensons que les personnes touchées par une tumeur cérébrale ne devraient jamais marcher seules », plaide-t-il.

Depuis, Chris a pu s’épanouir à nouveau, reprenant son travail et les activités physiques qu’il pratiquait avant de recevoir son diagnostic, en tenant compte d’une différence importante.

« Avant de recevoir le diagnostic, j’étais un véritable bourreau de travail, mais aujourd’hui, je me suis calmé et je cherche à équilibrer mon mode de vie. Pour ce qui est du travail, il sera toujours là demain », affirme-t-il, se considérant comme « très chanceux ».

Dans un livre qu’il a lu récemment, deux citations de l’amiral quatre étoiles de la marine américaine William H. McRaven, aujourd’hui à la retraite, ont trouvé écho chez Chris, pour ce qui est de vivre sa vie et de ne pas perdre espoir : « L’espoir est la force la plus puissante de l’univers » et « Si vous voulez changer le monde, commencez par faire votre lit ».

Pour Chris, l’espoir est le désir de parvenir à un dénouement susceptible de transformer la vie de chacun en une vie meilleure.

« Nous parlons de l’espoir de trouver un remède, mais cela ne concerne pas seulement le remède en lui-même ; c’est l’espoir pour les patients et les aidants de ressentir de la joie et de vivre une vie sans regret », exprime-t-il. « C’est l’espoir de demeurer positif, de s’inspirer, de se motiver ; l’espoir de s’épanouir dans la joie ».

Au nom de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales et de la communauté des personnes touchées par une tumeur cérébrale:

Merci! Chris Quinton, et l’équipe Ashley et Chris!

Apprenez-en plus sur la Marche des tumeurs cérébrales et inscrivez-vous à l’événement au www.marchetumeurscerebrales.ca!