Daniel Schramek – Récipiendaire d’une Subvention de recherche 2021

Généreusement financé par Lori Stauber

Daniel Schramek – Institut de recherche Lunenfeld-Tanenbaum – Toronto, ON

Titre du projet : « Élucidation des gènes qui déclenchent la progression maligne du gliome de bas grade vers le glioblastome létal ».

Description du projet :

Les gliomes de bas grade (LGG) sont des tumeurs cérébrales diagnostiquées chez des personnes âgées de 30 à 45 ans. Au départ, elles sont relativement bénignes (non nuisibles) et ont tendance à se développer sans être reconnues au fil des années/décennies jusqu’à atteindre une taille qui provoque des maux de tête et des crises d’épilepsie. Malheureusement, presque tous les gliomes de bas grade finissent par évoluer vers un glioblastome secondaire de haut grade et les patients succombent à leur maladie en quelques mois. 75 % des glioblastomes de bas grade sont causés par une mutation dans un seul gène appelé IDH, et dans deux ou trois autres gènes bien caractérisés. Cependant, les altérations qui provoquent la progression vers le glioblastome létal sont inconnues. Malgré d’intenses recherches et plusieurs tentatives, personne n’a été en mesure de cultiver efficacement des cellules mutantes IDH à partir de la tumeur d’un patient ou de générer des modèles de souris LGG fidèles. Cette absence de modèle cellulaire ou animal de LGG a gravement entravé non seulement toute étude supplémentaire de la biologie sous-jacente du gliome mutant IDH, mais aussi le développement de stratégies thérapeutiques dont le besoin est urgent. En utilisant l’édition de gènes CRISPR/Cas9, nous avons récemment été en mesure de générer le premier modèle fidèle de gliome mutant IDH chez la souris. Nous proposons ici d’exploiter ces modèles pour trouver (1) les gènes/mutations qui déclenchent la progression vers un gliome létal et (2) de nouvelles cibles médicamenteuses pour combattre cette horrible maladie.

Ce que recevoir ce prix signifie pour moi :

« Cette subvention de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales nous permettra de franchir la prochaine étape dans l’élucidation des mutations qui déclenchent la progression d’un gliome de bas grade (LGG) relativement débutant vers un glioblastome (GBM) très agressif et souvent mortel. En tant que scientifique mais aussi en tant que proche parent d’un patient atteint de LGG, je suis très reconnaissant envers la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales et les nombreux donateurs qui rendent cette recherche possible. »