Restez informé!

Inscrivez-vous
à notre infolettre.

L’Alliance d’Ava

  le 08 décembre, 2022

« Ma cousine Ava Broomes souffrait en permanence de maux de tête atroces. Elle a reçu un diagnostic de gliome de haut grade », explique Savannah Swift.

« Compte tenu de la taille de la tumeur cérébrale, c’est un miracle qu’elle n’ait pas subi d’autres traumatismes et complications. »

En février 2022, les maux de tête chroniques et les nausées constantes dont souffrait Ava sont devenus incroyablement débilitants. Elle souffrait d’un manque de sommeil, était absente de l’école et se sentait trop malade pour interagir avec ses amis et sa famille.

Ava a été emmenée aux urgences à trois reprises. On a demandé qu’elle subisse une IRM, ce qui a entraîné un voyage à l’hôpital SickKids de Toronto, en Ontario, où sa vie a été bouleversée.

Une IRM a révélé une grosse tumeur sur le côté gauche de son cerveau, classifiée comme un gliome de haut grade astrocytome anaplasique, identifiant un gène muté, MSH6.

Les spécialistes ont été surpris qu’elle ne souffre pas de crises d’épilepsie et de troubles de la parole, compte tenu de la masse et de la localisation de la tumeur.

« D’après ce que j’ai compris, elle fait partie des rares personnes chanceuses. Habituellement, on observe des saillies en forme de doigts, mais elle n’en avait pas vraiment », dit Savannah.

L’opération d’Ava a été réalisée par une grande équipe médicale d’oncologues, dirigée par le neurochirurgien Dr George M. Ibrahim. La tumeur a été retirée avec succès.

Elle a fait l’objet d’un suivi et un plan de traitement a été mis en place. Le traitement d’Ava a consisté en 6 semaines de radiothérapie quotidienne, à l’hôpital Princess Margaret. Elle a subi un cycle de chimiothérapie ; selon ses oncologues, elle serait une candidate idéale pour l’immunothérapie.Collage

Tous les mois pendant deux ans, Ava subira cette procédure.

« Tante Beth dit qu’Ava connaît de bons et de mauvais jours, mais dans l’ensemble, elle s’en sort plutôt bien. Elle se porte beaucoup mieux qu’avant l’opération. Ava recevra son traitement pendant deux ans, et nous prions pour que la tumeur ne regagne pas du terrain », déclare Savannah.

Après avoir reçu son diagnostic, Ava manquait souvent l’école et ne pouvait pas participer à des activités sociales.

« Cela a été difficile pour elle. Je pense que le plus dur a été de voir une enfant de 12 ans traverser ce parcours. Les enfants devraient pouvoir profiter de leur enfance sans soucis », exprime Savannah.

« C’était dur, car nos réunions de famille devenaient de plus en plus sombres. Nous avions l’impression que le plaisir habituel d’être ensemble avait disparu, comme si un éléphant se trouvait dans la pièce. »

Le fait de ne pas savoir ce que l’avenir lui réserve pèse sur Ava et sa famille et cela durera tout au long de son parcours.

La grand-mère de Savannah et sa tante Beth ont trouvé cela particulièrement difficile, en raison de leur peur de ce qui pourrait arriver à Ava.

« Ma tante Beth essaie d’être très forte pour Ava et son grand frère, Mason. Nous voulions tous être rassurés, mais nous n’étions pas en mesure de donner des réponses à toutes les questions que nous nous posions jusque-là », explique-t-elle, décrivant le parcours comme des « montagnes russes ».

« Cette situation a été angoissante et complètement irréelle. Nous sommes encore sous le choc de sa situation. Nous espérons évidemment que son cancer disparaîtra et que tout cela prendra fin, mais nous ne pouvons pas vraiment le savoir », explique-t-elle.

Ava aime passer du temps avec ses amis, être à l’extérieur, TikTok, nager et magasiner. Malheureusement, sa maladie et son rétablissement ont eu un impact sur sa vie sociale. Elle n’était pas à l’aise de discuter de son expérience avec ses amis.

« Elle ne savait pas comment en parler, ou ses amis ne savaient pas comment l’interroger sur son état et sur son parcours avec sa tumeur cérébrale », reflète Savannah.

« Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’année a été difficile pour elle ».

Dans sa vie quotidienne, Savannah Swift soutient les gens de multiples façons. Depuis près de 10 ans, elle est entraîneuse personnelle. Elle est l’heureuse propriétaire de son entreprise Live Swift Fitness. Tout au long de la pandémie, elle a donné des cours en ligne.

Savannah a récemment commencé à enseigner et à entraîner en personne, après avoir rénové son garage pour en faire une salle de sport entièrement fonctionnelle !

Elle est bénévole pour l’Ambulance Saint-Jean et travaille à temps partiel pour le York Simcoe Transfer Service ; elle assure le transport de patients qui n’ont pas besoin de soins urgents à leurs rendez-vous médicaux, mais qui ont besoin d’une civière ou d’un siège élévateur, par exemple.

« Je participe à de nombreux événements publics tout au long de l’année. En ce moment, je forme mon chiot pour qu’il devienne un chien d’assistance », dit Savannah avec un sourire.

Elle est également pompière sur appel rémunérée à East Gwillimbury. Elle est très impliquée dans de nombreux domaines du secteur des services d’urgence.

« Je suis le genre de personne qui se fixe un objectif et qui fera tout pour l’atteindre. Je peux associer cela à la lutte contre les incendies ; j’ai dû travailler dur pour résister aux épreuves des tests, pour les réussir et pour devenir une pompière à part entière », déclare-t-elle fièrement.

La famille de Savannah Swift compte des générations de pompiers influents.

« Mon grand-père était le chef de district du service d’incendie de Queensville, à East Gwillimbury. Mon père, mon oncle et mon petit ami sont pompiers. Ils rendent la profession passionnante parce qu’ils me soutiennent et ont une grande influence dans ma vie. Je les considère comme des modèles à suivre et j’ai l’impression qu’ils assurent mes arrières. »

Son cousin Mason souhaite également suivre leurs traces en tant que pompier.

« Ma famille m’a épaulée dans toutes les entreprises risquées que j’ai poursuivies. J’ai toujours eu une famille et des amis qui ont soutenu les décisions que j’ai prises dans ma vie. Je veux offrir cela à Ava, et qu’elle réalise combien de personnes l’aiment et la soutiennent », dit-elle.

Immédiatement après avoir appris que sa cousine était atteinte d’une tumeur cérébrale, Savannah a commencé à effectuer des recherches sur le type de tumeur d’Ava.Collage

« J’ai tapé «Fondation canadienne des tumeurs cérébrales» dans le moteur de recherche Google, et ça s’est affiché. Quelles sont les chances que cela arrive, et qu’il y ait une Marche des tumeurs cérébrales cet été ! Je n’avais aucune idée de l’existence de cet événement jusqu’à ce que je commence à faire des recherches », exprime Savannah.

« La première fois que j’ai lu quelque chose au sujet de la Fondation, j’ai su que j’allais coordonner mon premier événement de collecte de fonds. »

Tout au long de son difficile cheminement vers la guérison, Ava a fait preuve d’une force et d’un courage extraordinaires ! Sa famille et ses amis, alias « l’Alliance d’Ava », seront à ses côtés, à chaque étape de son parcours !

« J’ai pris la décision de participer à la Marche des tumeurs cérébrales, et je me suis dit que j’allais tenter ma chance et voir ce qui se passerait. Cette première a touché une corde sensible, car c’est ma cousine. Je voulais faire quelque chose de spécial pour elle », déclare Savannah.

Tout au long de la pandémie de COVID-19, de nombreux événements ont été annulés.

« Nous avons convenu de la date, de l’heure et du lieu où nous allions nous rassembler pour notre première marche. Nous en avons fait un événement

à la fois intimiste et accessible pour que chacun d’entre nous puisse y participer. »

Savannah encourage les gens à participer de la manière qui leur convient le mieux. Toute contribution ou tout don reçu a été grandement apprécié, surtout la grande présence des supporteurs à la Marche des tumeurs cérébrales.

« Mon petit ami et moi avons créé des t-shirts exclusifs pour elle et notre groupe. Notre nouvelle équipe se nomme «Ava’s Alliance», et comptait neuf membres dévoués. Nous nous sommes ralliés et avons marché le 18 juin 2022, à Newmarket, en Ontario. »

L’événement était en train de prendre une ampleur que Savannah n’avait pas imaginée. Les dons commençaient à affluer, et elle était de plus en plus excitée !

« J’ai fixé mon objectif à un niveau bas, car je n’étais pas sûre de la somme que j’allais récolter », explique-t-elle, encore étonnée des résultats.

« Les gens sont bien plus généreux que je ne l’aurais jamais imaginé ! Grâce à 91 dons, nous avons recueilli 13 000 $ ! Je ne m’attendais pas du tout à cela ! »

Cela en dit long sur le nombre de personnes qui soutiennent Ava et sa famille, ainsi que sur le fait que ces personnes la soutiennent dans son rétablissement.

Pour Savannah, cette marche est l’occasion de tisser des liens avec les membres de la communauté des personnes touchées par une tumeur cérébrale, en leur apportant son soutien, en partageant ses histoires et en collectant des fonds pour qu’ils ne se sentent pas seuls.

Elle prévoit faire de cette marche un événement annuel. Savannah espère sensibiliser les gens, tout en augmentant les fonds destinés à la recherche et aux soins nécessaires aux personnes atteintes d’une tumeur cérébrale.

« Je souhaite célébrer le succès d’Ava », exprime-t-elle.Collage

« J’espère l’inspirer, elle et les autres, à continuer à se battre et à rester positif. Elle n’a plus de cancer maintenant ! »

Savannah est très reconnaissante envers la marche et la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales, et ce qu’elles représentent au sein de la communauté des personnes touchées par une tumeur cérébrale.

« C’était incroyable de voir autant de personnes se réunir pour une grande cause, et je n’avais pas réalisé l’impact de la présence de tout le monde ! Nous étions tous debout, nous nous soutenions et nous passions du temps de qualité avec Ava. Notre relation est plus forte que jamais ! » s’exclame Savannah.

Ava et sa famille ont été bouleversées de voir le grand nombre de personnes solidaires qui étaient présentes.

Savannah dit que la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales a été une source d’espoir.

« Je pense que le mot espoir est une manifestation du résultat positif que vous souhaitez obtenir. Vous avez toujours des pensées positives et vous espérez le meilleur », exprime-t-elle.

« Rien de ce qui vaut la peine n’arrive sans une certaine forme de combat ! »

« Je me souviens que quelqu’un m’avait dit ça quand j’étais adolescente. Chaque fois que quelque chose devient difficile dans la vie, je pense toujours à ces paroles des Barenaked Ladies », sourit Savannah.

Pour elle, cela signifie que sa cousine – et beaucoup d’autres personnes atteintes de cette maladie – peut vivre une longue et belle vie !

Au nom de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales et de la communauté des personnes touchées par une tumeur cérébrale :

Merci, Savannah Swift, et « Ava’s Alliance » !