Le parcours jusqu’au « Dave’s Brainiacs »

  le 20 septembre, 2022

Dave Robertson exerce sa profession dans le secteur de l’agriculture et de l’élevage en tant que directeur des ventes pour Bayer CropScience Canada. « Je m’occupe des ventes de semences comme le maïs, le soya, ainsi que les produits qui les aident à se développer et à bien pousser afin d’être consommés. Nous avons tous besoin de manger sainement. La santé est notre plus grande richesse », sourit-il.

Le 19 mai 2015, Dave a reçu un diagnostic de tumeur cérébrale de grade 3 de type hémangiopéricytome qui était située derrière son œil gauche. Sa vie était sur le point de basculer de manière instantanée et cela allait entraîner d’importantes répercussions sur son avenir.

« Je n’ai jamais eu de maladie grave, et je ne m’attendais pas à ce que ce soit un long processus, car le mien était assez simple », explique-t-il, se souvenant très bien de l’état de panique dans lequel il se trouvait au moment du diagnostic initial.

« Lorsque j’ai été admis à l’hôpital, j’étais inquiet à propos de la façon dont nous allions payer. Devrions-nous vendre la maison ? J’étais tellement désorienté à ces moments-là, ne pensant pas que je vivais au Canada, et que tous les frais allaient être couverts. Vous devenez plus reconnaissant de l’endroit où vous vivez », exprime Dave avec gratitude.

Dave a été mis en contact avec la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales lorsqu’il a reçu le manuel pour les patients adultes de la part de son équipe médicale de l’hôpital universitaire de London, en Ontario.

« Mon chirurgien, le Dr J Megyesi, a même écrit toutes ses notes à propos de l’opération dans mon manuel afin de dissiper toute ambiguïté sur ma situation. Je suis reconnaissant envers mon chirurgien d’avoir écrit les choses à l’avance dans ce manuel », déclare Dave.

« J’ai trouvé que le livre était une ressource incroyable. À ce moment-là, je n’avais rencontré personne qui travaillait directement pour la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales. Je considérais que le livre était mon principal contact avec la communauté des personnes touchées par les tumeurs cérébrales. J’ai bien sûr lu attentivement l’ensemble des documents. Ils apportent du soutien aux individus, appuient la recherche et nourrissent l’espoir de mettre fin aux tumeurs cérébrales. Cela m’a profondément touché », exprime-t-il.Dave Robertson

Peu après son traitement, Dave a appelé la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales pour devenir bénévole et donner généreusement de son temps et partager sa sagesse avec la communauté des personnes touchées par une tumeur cérébrale. On l’a dirigé vers un collègue qui participe au programme pédiatrique GOcervo, destiné aux familles touchées par une tumeur cérébrale. Il continue à faire du bénévolat au sein de ce groupe pour soutenir les enfants et les familles touchés par une tumeur cérébrale.

Bien qu’il n’ait pas participé physiquement à la Marche des tumeurs cérébrales de London en 2015, car c’était peu de temps après son opération, le lundi 25 mai 2015, il l’a tout de même regardée avec attention. Il a commencé à marcher l’année suivante, une fois son traitement terminé. Il décrit que l’un des plus grands obstacles rencontrés au cours de son parcours a été de devoir faire preuve de patience.

Depuis six ans, il participe également activement à la marche annuelle des tumeurs cérébrales à London, en Ontario, avec son équipe « Dave’s Brainiacs ». Il décrit l’expérience comme étant « toujours aussi bouleversante chaque année ». « Vous savez, je me souviens juste d’avoir été là quand c’était au parc Victoria. J’étais tellement bouleversé par le nombre de personnes touchées et qui venaient partager leurs histoires et se soutenir mutuellement. »

« Pour une marche de bienfaisance, il y a beaucoup de larmes et d’émotions, car nous avons tous ce point commun », dit-il, étonné par la dose de soutien présente lors de ces événements spéciaux.

« Dans bien des cas, vous pouvez solliciter votre employeur, car c’est pour une cause extraordinaire. Je n’hésiterais pas à demander un don à qui que ce soit, et d’ailleurs c’est mon choix de don de bienfaisance », recommande-t-il, ayant pris l’initiative de tendre la main aux membres de sa famille, à ses amis, à ses voisins et à ses collègues de travail.

« C’était il y a environ deux ans, et on le surnommait Oncle John. Il était atteint d’une tumeur cérébrale et nous a dit : « Ne vous inquiétez pas. Je me souviens de l’histoire de David et j’ai Dave à mes côtés et s’il s’en est sorti, moi aussi je m’en sortirai ». Je n’en reviens pas que quelqu’un ait pensé à moi comme modèle pendant qu’il vivait une expérience personnelle traumatisante. Cela me frappe toujours un peu quand quelqu’un dit cela. On ne vit qu’une fois, alors soyez gentils les uns envers les autres », exprime profondément Dave.

Aujourd’hui, Dave est âgé de 44 ans et son traitement a pris fin il y a sept ans. Il aime profiter du plein air avec sa famille et ses amis. Ces activités comprennent le cyclisme, la conduite de sa moto et à peu près tout ce qui est sur 2 roues. Il est passionné de grillades sur le barbecue qu’il prépare en combinaison avec son fumoir gourmet d’extérieur.Dave Robertson

Sa tendre épouse, Seng, et leurs deux incroyables filles ont joué un rôle clé dans son heureux rétablissement et leur lien est inséparable. « J’ai une famille formidable ; ils me gardent motivé, occupé et nous apprenons tous quelque chose. Mes parents ont exercé une influence majeure dans ma vie grâce à l’éducation merveilleuse qu’ils m’ont donnée pendant mon enfance. J’ai pu me remettre d’une importante tumeur cérébrale et être pratiquement fonctionnel à 100 % au quotidien », déclare-t-il fièrement.

« Chaque jour est un peu plus mémorable que le précédent. C’est incroyable. Je ne tiens jamais la vie pour acquise au fil de mon parcours. Cela me permet de traiter les gens avec gentillesse, y compris ceux qui s’énervent contre quelqu’un pour une raison aléatoire », dit Dave.

Pour Dave, l’espoir se conçoit de plusieurs façons. Il espère que « parfois vous êtes idéaliste, que vous observez les choses de manière scientifique et que vous rêvez un peu, mais que vous avancez aussi dans la bonne direction. »

« La vie, dans l’ensemble, est géniale. Quel beau parcours, et j’espère qu’il se poursuivra encore longtemps », exprime-t-il en souriant.

Au nom de la Fondation canadienne des tumeurs cérébrales et de la communauté des personnes touchées par une tumeur cérébrale :

Merci, Dave Robertson